Pour rentabiliser un contrat d’épargne, il est crucial de toujours se renseigner à l’avance sur les différents frais qui s’appliquent. De plus en plus d’épargnants se tournent aujourd’hui vers le Plan d’épargne retraite PER lancé en octobre 2019 et qui sont, eux aussi, assujettis à des prélèvements de frais. Quels sont-ils et comment bien choisir son PER ?

 

Les frais d’entrée et les frais sur versement

Certains contrats n’appliquent pas de frais d’entrée, ni de frais sur versement. En ce qui concerne ces derniers, le taux maximal est de 5%.

Calculator, Computer, Calculate

Les frais de gestion

Ces frais sont prélevés tous les ans et correspondent aux commissions de la compagnie d’assurance par rapport à la gestion du capital et au pilotage des fonds, que ce soit ceux en euros ou ceux en unités de comptes. Le but de l’assureur est entre autres de rentabiliser efficacement le contrat en y logeant de multiples supports d’investissements, tels que les actions, les produits pierre-papier, les trackers, etc. La majorité des contrats sont concernés par ces frais de gestion.

 

Les frais d’arbitrage

Comme mentionné plus haut, le PER propose différents types de supports dont la détention au sein du contrat est fonction de la stratégie de l’épargnant. Exemple : ce dernier souhaite opter pour la sortie de certains actifs de son portefeuille pour souscrire à d’autres, compte tenu de ses propres objectifs et des rendements de chaque actif, etc. La réorganisation des supports du portefeuille est effectuée par l’assureur moyennant le paiement des frais d’arbitrage.

 

Les frais d’arrérages

Les frais d’arrérages s’appliquent au moment où l’épargnant commence à percevoir ses rentes viagères. Ceux-ci sont calculés en fonction du montant de la rente versée et ils n’excèdent pas les 3%.

 

Les frais de conversion du capital en rentes

Un taux de conversion est défini pour convertir un capital en rente ; celui-ci tient compte du montant de la capitalisation réalisée entre autres.

 

Comment bien choisir son PER ?

Compte tenu de ces différents frais, il est donc déterminant de réaliser un comparatif des PER et choisir celui dont les taux sont les moins élevés, voire celui qui ne déduit que le minimum de frais. En effet, un PER est conservé non pas sur le moyen terme, tel que l’assurance-vie par exemple, mais jusqu’à l’âge de départ à la retraite, soit sur une très longue période.

D’autres critères seront considérés dans le choix du PER : le montant minimal du versement, de même que le nombre d’unités de comptes au sein des supports. Cela pour un choix optimal des actifs à souscrire et pour une meilleure diversification du portefeuille, permettant la dilution des risques.

Autre paramètre important : le sérieux et la santé financière de l’établissement qui gère le contrat. Celui-ci est en charge de la gestion de votre épargne et de la capitalisation de vos versements. Il doit donc être invulnérable aux différentes conjonctures, le but étant de sécuriser votre argent jusqu’à votre départ à la retraite, puis de distribuer des compléments de revenus jusqu’à votre décès. Des comparateurs en ligne sont disponibles afin de réaliser le meilleur choix en ce qui concerne l’établissement où vous allez souscrire votre PER.

 

Rappel sur le fonctionnement du PER

Le Plan d’épargne retraite a pour principale objectif de verser des rentes viagères une fois que vous serez parti à la retraite. Cependant, vous pouvez aussi jouir d’une sortie intégrale en capital. Il s’agit d’ailleurs de l’un des avantages issus de ce produit d’épargne. Cela en plus de la possibilité de loger dans un seul contrat aussi bien l’épargne individuelle que l’épargne salariale, au moyen des 3 sous-produits que sont le PER individuel, le PER collectif et le PER catégoriel.